Piraterie: la mission Corymbe à l'action dans le golfe de Guinée

Après avoir participé à l'opération résilience, notamment en procédant à l'évacuation de Corse vers le continent de malades atteints du Covid-19, le porte hélicoptère français Tonnerre participe dans le golfe de Guinée à la mission dite Corymbe.

Cette mission, par des manœuvres conjointes avec les marines des pays limitrophes, a aussi pour objet de lutter contre la piraterie. « L’enjeu qui saute plus rapidement aux yeux, c’est évidemment celui du brigandage et la piraterie, explique à Franck Alexandre le capitaine de vaisseau Arnaud Tranchant, pacha du Tonnerre... Dans les derniers mois, avec l’évolution du cours du pétrole, il y a eu une forme d’adaptation des pirates pour passer de l’assaut et du détournement de cargaisons de pétrole, qui était très rentable jusqu’à présent, vers plutôt l’assaut pour la prise d’otages de ressortissants pour négocier des rançons. » Du coup, la pression exercée par les pirates, jusqu'alors plutôt concentrée dans le fond de golfe de Guinée, d'étend vers le sud et vers l'ouest, poursuit le pacha.

Autres menaces : la pêche illicite et le pillage des ressources

« Ce n’est pas la seule menace qui pèse finalement sur les enjeux maritimes de la zone. La menace, sans doute la plus dangereuse sur le plan du temps long, c’est la pêche illicite et le pillage des ressources halieutiques, qui peuvent produire des effets désastreux sur l’alimentation et la sécurité des pays riverains. »

Mais la présence de ces navires patrouilleurs a un effet dissuasif sur les pirates. « J’ai pu observer à quel point le fait d’être en permanence en coopération et en patrouille dans cette zone, nous donnait une capacité à opérer ensemble pour réduire l’insécurité », conclut Arnaud Tranchant.

Lire l'article original sur Rfi.fr